Tous les bons plans musique près de chez vous

Ena Luis

On ne sait pas en la voyant si elle vient d’Amérique latine, du Maghreb, d’Asie ou d’Afrique. Ena Luis porte toutes ces résonances. D’une mère vietnamienne et d’un père pied noir, elle choisit le prénom de sa grand-mère et latinise son deuxième prénom, Louise. Depuis la table des repas familiaux aux scènes qu’elle explore aujourd’hui, le chant l’habite depuis toute petite et il a pris sa place dans sa vie jusqu’à devenir une passion. Elle grandit auprès d’un piano noir à qui elle confie des mélodies romantiques en se nourrissant d’univers musicaux différents, en allant de Yael Naim à Alicia Keys, en passant par Laura Marling, Tracy Chapman, Natalie Cole …

À 15 ans déjà elle chante à l’UNESCO et on l’encourage à poursuivre dans cette voie. Depuis, elle a soif de chanter partout où l’occasion se présente, de Paris à Montréal en passant par les Antilles, la Belgique et l’Italie. Ena Luis s’est construite elle-même toute seule mais elle grandit par les rencontres. En février 2010, c’est la rencontre avec Sheyla Costa, auteur-compositeur-interprète, qui offre à Ena Luis l’oreille attentive qu’elle attendait et rend à la musique sa juste place dans sa vie. Ena Luis compose des titres pour le projet de Sheyla Costa « Queen of Freedom ». Elle ajoute la chaleur blues de sa voix pour raconter la quête de liberté d’une jeune femme qui, de joies en déceptions, trouve son pas mesuré.

Avec une voix sensuelle et originale, des mélodies qui vont chercher l’émotion pure, Ena Luis est en train de développer une esthétique à la fois sauvage et élégante comparable à la musique de Norah Jones. Cette jeune artiste déterminée a soif de livrer sur scène sa fougue et sa fragilité. Une beauté brute en train d’éclore.

Logo Twitter