Tous les bons plans musique près de chez vous
Manon à l’Opéra de Marseille

« Manon » à l’Opéra de Marseille

Incroyable soirée ce vendredi 2 octobre à l’Opéra de Marseille et sur Radio Classique. les musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Marseille dirigés par Alexandre Joël nous ont envoûtés au gré du chef d’œuvre, en sublimant les moments de grâce de Patrizia Ciofi et Sébastien Guèze.

 

Les pages délicates et sensuelles de Manon font frissonner, éveillent nos élans sentimentaux. Massenet est en effet le compositeur qui a su trouver l’essence de la passion amoureuse, comprendre la complexité de l’âme féminine et de ses amours folles. Les musiciens nous ont offert des moments suspendus, effleurant à chaque note le cœur de chacun des auditeurs. Ils ont su tenir en  haleine le public, l’emporter, pour venir lui serrer le cœur à la fin de l’œuvre. 

Dès le premier acte , l’air qui accompagne l’entrée de Manon est d’une fraîcheur surprenante, un moment de légèreté avant le tourbillon que Patrizia Ciofi interprète à merveille. La rencontre entre Manon (Patrizia Ciofi) et le jeune chevalier Des Grieux (Sébastien Guèze) nous emporte dans ce cruel manège. Les deux chanteurs brillent, tant musicalement que dans la justesse des émotions qu’ils nous transmettent. Il faut reconnaître qu’ils sont accompagnés à merveille par les musiciens de l’Opéra de Marseille qui ont littéralement portés les chanteurs au sommet, les soutenant tout en respectant un équilibre sonore parfait, empli de couleurs. 

Dans le deuxième acte, la séparation des amoureux est dramatique. Sébastien Guèze incarne parfaitement le personnage du Chevalier, et un très beau moment de théâtralité avec Patrizia Ciofi, Nicolas Cavallier dans le rôle du Comte Des Grieux et Christophe Gay dans le rôle de De Brétigny. Tous impressionnent par la justesse de leur interprétation, leur sens de la musicalité et du théâtre.

 

 

La fête populaire du troisième acte  met en valeur l’orchestre qui excelle à nouveau, une sonorité puissante, pleine, des nuances tout en finesse, un équilibre parfait. Nous soulignons la finesse de la direction d’Alexandre Joel qui n’a formé qu’une voix parfaitement contrôlée, nuancée et intensément expressive de chaque pupitre.

Le quatrième acte nous entraîne dans l’obscurité de l’œuvre. Rodolphe Briand dans le rôle de Guillot de Morfontaine effraie par sa colère, par son pouvoir. Le vent tourne dans l’histoire d’amour, le public attend, étourdi par la fureur de De Morfontaine et le désespoir des amoureux. 

Le cinquième acte nous serre le cœur…  Après l’exil, Manon finit par être libérée par son amoureux mais il est malheureusement trop tard, celle-ci meurt dans les bras du chevalier. La reprise de l’air « N’est-ce plus ma main que cette main presse ? » est superbe puis Patrizia Ciofi achève la longue apnée du public par cette dernière phrase « Ah, quel beau diamant » désignant une étoile avant de s’éteindre et d’emporter tous nos rêves. 

Une magnifique soirée, tout simplement…

Les représentations de Manon de Jules Massenet continuent à l’Opéra de Marseille jusqu’à 7 octobre. 

 

Retrouvez le prochain concert diffusé en direct sur Radio Classique en partenariat avec la Caisse d’Epargne le vendredi 9 octobre à 20h pour une soirée d’exception.

Logo Twitter