Tous les bons plans musique près de chez vous

[ITW] Soprano, l'entretien

Eric, notre journaliste, a rencontré Soprano, numéro 1 des ventes d'album digitales, à l'occasion des Concerts Privés Caisse d'Epargne, le 3 octobre dernier à la Gaîté Lyrique. Découvrez sans plus attendre leur entretien !

 

Tes influences sont très larges, du rap à la world music, mais qui sont les artistes qui t’influencent le plus ?

 

Soprano : C’est très large oui, ça a commencé avec Michael Jackson, c’est ce qui m’a donné envie de faire de la musique. Et puis j’ai grandi et j’ai écouté IAM, forcément, mais aussi NTM ou Coldplay. Je n’ai jamais été fermé dans les styles musicaux. Par exemple, en ce moment j’écoute beaucoup de Drake, j’ai saigné son album, celui de Bruno Mars aussi.

 

C’est à cause de ça que tu portes le même chapeau ?

 

Non (rires). Mais son album me torture, il est très fort !

 

Et Macklemore ? Je ne peux pas m’empêcher de penser à lui quand j’écoute « Cosmo ».

 

Oui, je voulais un titre un peu comme le sien, avec une vraie énergie à jouer en live, sur lequel tu puisses danser. Je suis très content parce que le message est bien passé, on a reçu beaucoup de vidéos de gens qui dansaient dessus, on a voulu en faire quelque chose. Alors on a demandé aux gens de nous en envoyer d’autres, et on en a reçu énormément du monde entier, ça a fait le clip.

 

 

Si ta musique a élargi ses horizons, ton discours par contre n’a pas changé et touche autant les jeunes d’il y a dix ans que ceux d’aujourd’hui. Qu'en penses-tu ?

Oui. Tu sais, je viens d’une génération où le message est important dans le rap, comme Kery James. Je pense que si j’arrive à toucher les jeunes maintenant, c’est que le message est toujours valable, et que malheureusement les problèmes qu’on vit sont aussi les mêmes, c’est pour ça que j’ai écrit des morceaux comme « Ils nous connaissent pas ». Pour l’album, je voulais aller à fond dans le discours cosmopolite, chaque morceau est différent mais il y a toujours un message.

 

Tu te considères encore comme un rappeur aujourd’hui ?

 

Plutôt comme un maître de cérémonie, un MC. Avant je ne composais quasiment que du rap, et j’étais connu pour ça quand je partageais l’affiche avec des groupes de rock, de reggae aussi dans des tournées. Maintenant j’essaye de faire 20% de rap et le reste chanté, pour parler plus largement aux gens.

 

Partager une date avec Patrice ce soir, c’est aussi ça la Cosmopolitanie, non ?

 

Exactement, le but de la Cosmopolitanie est de partager un moment ensemble, peu importe les origines, les religions, ça peut sembler banal de dire ça, mais c’est vrai. Il y a des gens qui sont venus pour Patrice ce soir, mais c’est intéressant qu’ils puissent découvrir autre chose.

 

Comment se présente cette tournée avec Esprit Musique ?

 

Bien ! On espère surtout que les gens s’amusent. On a déjà joué plusieurs fois ensemble avec Patrice, j’aime beaucoup sa musique. Pour la première date de la tournée à Nancy, on se demandait comment allait réagir le public, et ça s’est très bien passé !

 

Propos recueillis par Eric Rakotonirina. 

Logo Twitter