Tous les bons plans musique près de chez vous

Dans les coulisses de L'Echonova

Les Scènes en Régions, ce sont ces salles de musiques actuelles partenaires de la Caisse d'Epargne, situées aux quatre coins de la France métropolitaine, qui aident au développement et au renouvellement de la scène musicale française. Nous avons posé quelques questions à Frédéric Carré, programmateur de la salle, qui nous en dit davantage sur les activités diverses et variées de L'Echonova près de Vannes.

 

Et si vous nous parliez de votre salle et ses particularités ?

L’Echonova est un lieu de musiques actuelles situé dans l’agglomération de Vannes. D’une capacité de 600 places, modulable à 400, la salle organise 50 concerts par an dans tous les styles artistiques. La salle possède 5 locaux de répétition ouverts 6/7 jours, dont un studio d’enregistrement. Depuis 4 ans et demi, LEchonova défriche le territoire en développement des musiques actuelles dans la région.

Quel est l'esprit musical de votre programmation ?

L’Echonova est le seul lieu de musique actuelle sur Vannes (pour 150 000 habitants). La programmation se doit d’être éclectique sur la saison, tout en essayant de suivre l’actualité musicale, et en proposant de découvrir des jeunes groupes tant locaux qu’internationaux, avec une dominante pop-rock / électro. Tous les styles sont représentés.

Dans quelle démarche s'inscrit-elle auprès de ses publics ?

L’objectif c’est de viser un public qui va de 7 à 77 ans, par le développement de projets en diffusion aussi bien qu’en action culturelle. L’Echonova prévoit une programmation jeune public pour les enfants de la maternelle au primaire et pour les étudiants, du lycée à l'université. Le public visé est donc très large, mais il s’agit aussi de le fidéliser via une carte d’abonnement qu’on tente de rendre attractive, pour permettre que certains groupes inconnus puissent jouer devant un public régulièrement.

Esprit Musique, un « Partenaire Particulier » ?

Le partenariat est intéressant à tout point de vue, tant pour ce qu’il nous apporte qu’au niveau des échanges, de la communication et du soutien à un groupe par an. Cela correspond à la ligne de L’Echonova, qui accompagne les nouveaux projets. Avec Esprit Musique, c’est intéressant de faire connaître les groupes qu’on suit et qu’on soutient.

Une anecdote à partager avec nous ?

Je suis arrivé en janvier, donc je n’ai pas encore énormément de souvenirs à L’Echonova. Le premier concert que j’ai programmé était l’anniversaire des 4 ans de L’Echonova, il y avait une thématique à respecter : « La musique, pratique culturelle de contestation ? » J’avais programmé trois groupes différents : Dead Hippies, Dan le sac et Salut C’est Cool, chacun étant contestataire à sa manière.

 

 

Quelle est votre actualité ?

On est en pleine rentrée, donc en plein boum ! Pour les abonnés, on a une programmation spéciale : Slow Joe and the Ginger Accident (le chanteur est indien et le groupe est français) ils viennent de sortir un album chez Tôt ou Tard, le label des Têtes Raides et de Yael Naïm. On prévoit aussi Jabberwocky, Ez3kiel, Les Wampas, ou encore L’Orchestre National de Barbès… Voilà pour les têtes d’affiche.

Une fois tous les deux mois, L’Echonova organise un Apéro Sonore Secret à 19h, à la sortie du boulot : le groupe n’est pas annoncé, ça marche très bien et c’est toujours complet ! On programme des groupes très peu connus ou en développement. Le prochain Apéro aura lieu le 6 novembre.

On accueille aussi la Tournée des Trans, mais la grosse partie de notre travail est vraiment l’accompagnement des groupes locaux, jeunes, en développement ou professionnels. On va accompagner trois artistes locaux en résidence et en concerts : Fragments, Faustine, et Laetitia Sheriff.

Deux fois par an, on fonctionne selon une thématique : à la rentrée c’est Musique et BD avec un programme de rencontres, d’ateliers, de formations et de projections autour de ce sujet.

 

 

Et dans vos rêves les plus fous?

Accueillir un festival dans un état d’esprit du genre All Tomorrow’s Party (en Angleterre) où on donne carte blanche à des groupes qui décident eux-mêmes de la programmation. D’ailleurs, en Ardèche, le festival Heart Of Glass Heart Of Gold commence à faire ça et c’est une belle expérience.

Un groupe ? Sonic Youth, un jour… s’ils se reforment !

 

 

Merci beaucoup d'avoir accepté de répondre à nos questions ! 

                                                                                                                                                                                                                                                               La rédaction d’Esprit Musique.

Logo Twitter