Tous les bons plans musique près de chez vous

Le Yangqin, instrument doux comme de la soie

Avez-vous déjà entendu (parler) du yangqin ? Cet objet, aussi complexe qu’harmonieux, est un instrument de musique chinois à cordes frappées dont le nom peut signifier «cithare qui élève». On le rapproche généralement au tympanon français dont l’apparence et les sonorités sont similaires. On retrouve également ce type d’instrument sous d’autres noms, entre autres, en Mongolie (Yochin), au Tibet (Rgyud-Mang) ou encore au Cambodge (Khom).

Ses origines sont cependant encore floues. On le soupçonne de s’être introduit par la route de la soie et le Turkestan par les Ouïghours il y a quelques siècles, mais d’autres histoires circulent à son sujet. En outre, le yangqin appartient à la famille des cithares, est doté d’une caisse de résonnance et compte près de 242 cordes. Ces dernières sont frappées manuellement au moyen de marteaux ou de baguettes en bambou, donnant ainsi un timbre clair et éclatant.

Aujourd’hui, on retrouve principalement cet instrument singulier dans toute la Chine continentale, mais aussi au Tibet ou à Taïwan. Certains artistes utilisent le yangqin pour s’accompagner, comme Lisa Gerrard du groupe Dead Can Dance. Découvrez les douces sonorités émises par ce bijou asiatique à travers ces quelques vidéos. Une réelle invitation au voyage…

 

 

 

Logo Twitter