Tous les bons plans musique près de chez vous

Armelle Ita, surprenant trio venu d'Avignon

Armelle Ita est tricéphale, mais relève davantage d’une rencontre inouïe, pour peu qu’elle soit fortuite, que de Cerbère, gardien des Enfers à trois têtes. Armelle Ita, du nom de la soliste du trio, chante. Très bien, cela va sans dire ; même qu’elle joue de la clarinette, rien que ça. Mélody Débono, elle, joue du piano, du clavier basse… et pousse tout autant la chansonnette. Enfin Nicolas Paradis, à la flûte, à la kora, aux percussions, fredonne sur certains de leurs morceaux, également.

L’univers d’Armelle Ita, c’est un peu tout ce qu’on aime écouter, surtout en cette fin d’été. Des influences résolument afrobeat quand sont distillées, le long de leurs compositions, des jeux vocaux à la Zap Mama – on pense notamment au morceau L’Impatience - ou des airs beaucoup plus soul et jazz, notamment sur Le plus le moins, le tout agrémentant avec finesse et talent les textes écrits par Céline Righi.

On en oublierait presque de mentionner notre coup de cœur immédiat pour le morceau Tout bas, qui cristallise l’esprit du projet en trois minutes absolument savoureuses.

C’est délicat, ça se laisse écouter sans même lever le petit doigt. Remarquez, on ne saurait que trop vous conseiller de bouger, au moins un petit peu, car Armelle Ita est en concert dans le Sud-Est ces prochaines semaines. Et on est à peu près sûrs que vous auriez tort de vous en priver.

 Au Théâtre des Vents le 3 octobre à Avignon, le trio sera de passage à Diemoz le 11 puis Gigondas le 12 pour assurer à deux reprises, en novembre, la première partie de Melissa Laveaux à Istres (9 novembre à l’Usine) pour un retour aux Passagers du Zinc le 30 novembre, à Avignon. On s’en reparle ?

Logo Twitter